7 morts sans ordonnance de Thierry Dufrenne


7 morts sans ordonnance de Thierry Dufrenne

Référence: 2782
20,00
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .
Poids du colis: 0,33 kg


Extrait : « L’énorme électro-aimant développait cent mille fois le champ magnétique terrestre et une force phénoménale collait les quatre paires de menottes en acier à la paroi de plastique. Suspendu à l’avant de la machine, un mètre au-dessus du sol, le fer lui entaillait la peau des chevilles et ses pieds commençaient à bleuir par manque de circulation sanguine. Il avait attrapé les chaînes des menottes emprisonnant ses mains et tirait dessus de toutes ses forces, mais malgré sa forte musculature, il ne parvenait à soulager ses jambes endolories que quelques instants. Il ne connaissait pas bien la technologie des appareils d’IRM. Son métier d’infirmier anesthésiste ne nécessitait pas ce savoir. Cependant, il s’était aperçu, en accompagnant les malades dont il s’occupait, que le personnel de ce secteur prenait garde à la force magnétique colossale se dégageant de l’énorme aimant de trois mètres de diamètre percé d’un tunnel de soixante centimètres où il aidait souvent à installer le patient pour son examen. Il aurait dû s’en souvenir plus tôt et se méfier. Désormais il était trop tard ! La traction qu’il exerçait de tout son poids sur les chaînes ne suffisait pas à les faire glisser de quelques centimètres. La force physique étant une cause perdue, il se résigna à implorer... » Né dans les Ardennes, Thierry Dufrenne a suivi ses études paramédicales à Reims où il vit. Il travaille dans la santé depuis presque trente ans et connaît bien ce milieu. "Sept morts sans ordonnance" est né lorsque j'étais adolescent mais je ne suis pas parvenu à écrire plus de trente pages... Pourtant j'ai toujours conservé ce germe créatif dans un coin de ma cervelle. Dans ma carrière professionnelle, j'ai arpenté les hôpitaux et leurs coulisses, j'y ai croisé des hommes et des femmes remarquables ou méprisables, examiné des corps malades, douloureux, moribonds, froids... Nous ne rencontrerons vraiment la mort qu'une seule fois. Je la vois toujours comme un mystère, et lorsque son ombre insolite disparaît au bout du couloir, il est trop tard...

Parcourir également ces catégories : Le catalogue général, Collection Rouge