Poser une question


Soumettre une question sur le produit

Si vous souhaitez nous faire part de vos questions sur ce produit, remplissez simplement les champs marqués par un astérisque (*) et cliquez sur "Envoyer".

Ferme la porte en sortant
Référence: 6605
7,58 €
8,00
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .
Poids du colis: 0,11 kg
Roman - grand format - 72 pages - collection Blanche Dire le vieillissement de la mère est difficile. L’urgence de l’écriture s’est imposée sur plusieurs saisons, pudique, entre tâtonnements, tendresse et silences. « A l’intérieur de ma tête ça tourne à vide. Une poulie ou je sais quoi, des mots et des choses que j’essaie d'effacer. Mais tu lis dans ma tête et je lis dans la tienne, ma fille, quand on se parle comme aujourd’hui. Avec notre langage à nous, le langage de nos doigts qui se rencontrent et qui s’étreignent sous la tablette où sont posés mon étui à lunettes, mon goûter chocolat pain d’épice et le programme télé que je feuillette même pas. On s’absente des autres si les autres sont là, on les entend plus on est comme seules toi et moi. Nos doigts se disent tellement de choses maintenant ! Et nos yeux aussi. Plus que dans toute notre vie ensemble et après. C’est vrai que je cause pas, que tu causes pas, c’est vrai que je fais que te regarder et que tu fais que me regarder. C’est vrai que nous plongeons dans les pensées de l’autre très loin si loin comme jamais nous n’avons plongé. C’est vrai que tu lis en moi et que je lis en toi. Tout est devenu simple on dirait. Si simple que les mots ne servent à rien et qu’on se rejoint comme quand je te portais dans mon ventre (…) Tes doigts me rassurent ils sont aimants. J’ai toute ta main dans la mienne sur mes genoux maintenant… » Ecrivain pluri-indisciplinaire, Thérèse André-Abdelaziz explore toutes les formes d’écriture, de la poésie à la dramaturgie en passant par les nouvelles, le roman et les faits de société. Elle a publié sept ouvrages dont Quelque part une île (1980) Ed. du Cerf, Je, femme d’immigré (1987) Ed. du Cerf, réédition (2004) La Part Commune, Je m’appelle Atlantique (2006) Ed. La Part Commune, ainsi que L’Estuaire (2011) et Moi, Julienne David, corsaire nantaise jamais soumise (2012) Ed. Ex Æquo. Elle est l’auteur également de sept pièces radiophoniques et neuf pièces théâtrales.

Votre question
Nom
Téléphone
Si vous nous indiquez votre numéro de téléphone, nous serons ravis de vous rappeler.
Adresse e-mail *
Question *

Politique de confidentialité: Le texte saisi est utilisé uniquement pour répondre à vos questions. Il ne sera pas exploité dans un autre but. Pour plus d'informations, voir Politique de confidentialité.